Image du film 10 canoés, 150 lances et 3 épouses

10 canoës, 150 lances et 3 épouses

Critique

10 canoés, 150 lances et 3 épouses

Donc c’est l’histoire du jeune Dayindi, qui convoite Banalandju la troisième épouse de son frère aîné Ridjimariril. Pour calmer le jeune Dayindi, le vieux Minygululu va lui raconter l’histoire d’un de ses ancêtres, Yeeralparil, qui, devinez quoi, convoitait la troisième femme de son frère aîné… Dans cette sombre histoire, il sera également question de l’enlèvement de la seconde épouse de Ridjimariril, du makaratta, la cérémonie traditionnelle de la punition et du rachat, et de tout ce qu’il peut vous arriver de fâcheux quand un sorcier malintentionné met la main sur vos excréments.
On l’aura compris, 10 canoes, 150 lances et 3 épouses de Rolf de Heer, écrit et interprété par des aborigènes de la tribu Yolungu, tourné au fin fond des marais de la région d’Arnhem (nord de l’Australie), constitue un sacré dépaysement. Mais ses qualités ne s’arrêtent pas là : c’est aussi un conte universel, aussi profond que drôlatique.
A l’heure où l’on parle beaucoup de "peuples premiers" et de préservation de l’éco-système, et même si l’Australie est bien éloignée de nos programmes scolaires, ce film se prête bien à une sortie avec la classe. En Français, on pourra ainsi étudier avec profit l’organisation du récit (la voix-off du narrateur, les récits enchâssés, le schéma actantiel), la dimension morale et philosophique du conte, et rapprocher l’histoire de Yeeralparil de certains récits mythiques plus proches de notre culture.
De manière plus générale, le projet de Rolf de Heer se prête également à une réflexion sur notre regard sur ces peuples premiers, et sur leur propre rapport au passé. On renverra ainsi à l'interview réalisé par Libération de l'anthropologue australienne Jessica de Largy-Healy : "Le plus important pour les Yolngus, c'est le processus qui a abouti au film, le fait d'avoir joué le rôle de leurs ancêtres. Cela fait sens pour eux de perpétuer ce que faisaient leurs aïeux.
La scène avec les lances est aussi une défense des lois traditionnelles. Elle montre la méthode de résolution des conflits entre clans, le sang qui doit couler, aujourd'hui interdite par la loi australienne. Les aborigènes ont perdu le contrôle de leur système judiciaire, et cela se traduit par un nombre très élevé d'incarcérations et de suicides en prison.
En revanche, le risque du film, c'est de véhiculer une image «figée» des Yolngus «en harmonie avec la nature» qui ne correspond pas à la réalité contemporaine. Ils vivent misérablement, mais dans des maisons avec l'électricité, l'eau courante, la télé, l'Internet... Et des indicateurs tels que l'espérance de vie, l'éducation, l'alcoolisme, sont au rouge."

[10 canoës, 150 lances et 3 épouses de Rolf de Heer. 2006. Durée : 1 h 31. Distribution : Memento Films. Sortie le 20 décembre 2006]

10 canoés, 150 lances et 3 épouses

Ce film m'intéresse

L'avis des enseignants

Suivez-nous